Vous voici dans un monde fantastique humoristique aux allures de mmorpg, possédant un large choix de classes et de lieux dans le but de réaliser tout un tas de quêtes farfelues ou bien vivre sa vie dans l'ordre ou l'anarchie.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lorsqu'on s'amuse à ressembler à un vampire sans les inconvénients qui vont avec [LIBRE]

Aller en bas 
AuteurMessage
Khlyriël Sysha

avatar

Messages : 55
or : 57
Date d'inscription : 12/11/2012

Feuille de personnage
arme personnelle: son parapluie rose
rôle ou metier: chasseur de trésor
âge du personnage: plus de 80 ans d'existence

MessageSujet: Lorsqu'on s'amuse à ressembler à un vampire sans les inconvénients qui vont avec [LIBRE]   Ven 30 Nov - 8:52

Marchant sans but dans les ruelles de la vile, je erre telle une âme en peine. Faire les quatre cents coups ne m'amuse plus, ces temps-ci. Je n'ai plus le goût aux farces, ni à la persécution des humains. Passant une main dans ma chevelure d'un violet sombre, je soupire. Qu'est-ce qu'il m'arrive ? Serais-je arriver à cette fatale crise de la centaine, si redoutée chez les démons ? Il est vrai que je n'ai plus goût à grand chose. Les meurtres n'ont plus autant d'attrait à mes yeux, la vue du sang me laisse de marbre et les gosses mal élevés ne font plus monter en moi des envies de meurtre. Je suis devenu banal, horriblement ennuyant et ennuyé de la vie. Je me demande si je ne ferai pas mieux de rentrer dans ma contrée, histoire de me ressourcer au calme. Sans doute le contact humain m'affaiblit-il. Oui, ce doit être cela. Ou pas.
Je m’arrache les cheveux par poignée et, à ce rythme là, je ne tarderai pas à être chauve, usé et incompétent. Autant me pendre maintenant. Nouveau soupir, nouveau nuage de buée argentée.

Réfléchir à tout ceci ne m'aidera pas, je le sais. Je suis plus du genre à trouver la solution lorsque je m'y attends le moins, dans mon bain par exemple. J'ai besoin de silence, de paix et de détente. Sinon, je suis un bon à rien, une boule de nerfs à fleur de peau. Je shoote dans un caillou puérilement.

« Mais par les rois démoniark, qu'est-ce que j'ai fait pour mériter ça ? J'ai arraché des têtes, volé, menti et bu le sang de mes victimes. J'ai causé les incendies les plus spectaculaires, les catastrophes naturelles les plus dévastatrices. Alors, bon sang de lutin démembré, qu'est-ce qu'on me reproche, hein ?! »

Heureusement, j'ai choisi de passer par des petites rues peu ou pas fréquentées. Ainsi, je peux pester autant que je veux sans passer pour un frappe à dingue. Ce qui m'arrange. Parce que déjà qu'être un démon n'est pas tous les jours réjouissant _oui la puissance c'est col, oui la magie presque illimité c'est pas mal aussi mais les regards effrayés et les cris perçants « Vouêtesundémonausecouuurs !! » me tapent sur le système_ alors si en plus je suis catégorisé parmi les fous à mettre en asile....Non, ma vie deviendrait infernale. Un démon avec une vie infernale...Blague pourrie.

J'étouffe parmi ces passages étroits et sombres. Il paraît que les personnes déprimées cherchent l'obscur, les grottes où se terrer pour épancher leur chagrin. Typique humain. J'ai envie d'air frais, chose que je ne trouverais pas ici. Je m'accroupis, colle les bras contre mon corps et saute. Avec un sort d'air, je m'élève plus haut, toujours plus haut, jusqu'à atterrir sur un toit à sept mètres du sol. J'adore l'architecture ici. Les habitations jouent des coudes pour s'élever vers le ciel, m'offrant un terrain de jeu parfait. Léger, aérien, je saute de toitures en toitures, glissant sur les tuiles rougeâtre. Le nez pointé vers le ciel, j'admire l'épaisse couche nuageuse ponctuée de ci de là par des coins de bleu azur. Trop occupé à noyer mes pensées négatives dans cette étendue laiteuse, je ne fais pas attention à où je mets les pieds et me retrouve à buter contre une tuile mal placée.

« Aah ?! » Ai-je tout juste le temps de m'étonner avant de me sentir chuter.

En une seconde, je me retrouve la tête en bas, les bras ballants, retenu par le bout recourbé de mes étranges bottes. C'est dans ces moment-là que je m'adore, moi et mes choix vestimentaires décrits comme « fautes de goût horripilantes ». Maintenant, qu'on vienne me dire que ma tenue n'est pas autrement utile que classe, hein ?
Tel un vampire en plein sommeil, je me balance doucement. Tiens, la tête en bas, je réfléchis mieux. Mes idées sont claires et limpides.Il faudrait que je refasse cette position chez moi. Peut-être au-dessus de ma verrière ? Mmm..
Je suis stoppé dans mon élan d'imagination par la vue d'une personne de profil qui ne m'a sans doute pas aperçu. Je ricane en imaginant la vue que je m'apprête à lui offrir, ainsi que l'arrêt cardiaque probable..


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drek Kallisyo

avatar

Messages : 83
or : 91
Date d'inscription : 10/11/2012
race : Création (Hybride Troll/Humain)
couple : Avec son égo.
Guilde : Kay-you
Localisation : Arène Sans-Gland

Feuille de personnage
arme personnelle: Ses poings et son esprit de réflexion (-Arrête de rire Tid.)
rôle ou metier: Maître gladiateur et Chef de la guilde Kay-you.
âge du personnage: Il a ... euh ... 'fin il est vieux quoi. C'est un vieux fossile. Caillou ... Fossile ... Trop marrant père castor X)

MessageSujet: Re: Lorsqu'on s'amuse à ressembler à un vampire sans les inconvénients qui vont avec [LIBRE]   Ven 7 Déc - 16:06

Pourquoi est-ce que Drek se retrouve à marcher dans les rues de Créé-un-Tif me demanderai vous. Pour une raison simple que je m’apprête à vous énoncez sans plus de délai et non je n’essaie pas de gagner du temps parce que enfaite j’en sais strictement rien … *tousse* Je disais donc. L’homme de pierre marchait lentement des les grandes allées de la cité, les mains posées derrière la tête et les coudes relevés. Ça doit faire du bien de sortit du trou miteux qui lui sert de QG de temps en temps, histoire de réfléchir et de se détendre. Oui dans des maisons closes mais bon passons. Non plus sérieusement, il venait acheter une nouvelle grande épée pour remplacer la précédente qu’il a brisée en s’en servant comme cure-dent. Toujours dans la simplicité la plus pure ce garçon. Tient au fait. Pourquoi ne venait-il plus ici déjà … ? Je me rappel pas.

Cela faisait bientôt trois heures que le maître gladiateur se baladait d’étal en étal en quête de son bonheur. Des épées soit trop courtes soit pas assez, ou trop chère. Une arme lui tapa dans l’œil dans le magasin d’un forgeron et, après avoir agrandie la porte avec sa carrure de bœuf, constata le prix exorbitant de la grande hache. Hache qu’il verrait bien ornée le grand hall du QG, il inventera ensuite une histoire épique pour raconter comment il l’a trouvée histoire de pas passer pour un idiot. Il se lança alors dans de longues négociations avec le forgeron.

« - C’est 800 pièces d’or pas moins ! » beugla le vielle artisan.

« - On peut surement s’arranger, noble travailleur de métal. »

« - Va chier tas de pierre ! »

Drek se stoppa et fixa l’homme dans les yeux. Erreur monumental que voilà … Ne jamais faire allusion à son physique sur ce ton. Après une discussion énergique à coup de plusieurs nom d’oiseau, une foule s’amassa devant l’échoppe et des gardes en arme vinrent mettre fin à la joute verbale. Le ton sembla se baisser. Jusqu’au moment où le vieux passa à travers la vitrine pour aller s’aplatir sur le mur d’en face, suivi de deux gardes. Drek bondit hors du magasin et détala aussi sec. Ah voilà c’est pour ça qu’il ne venait plus très souvent, toujours à mettre du bordel en ville. Au moins ça lui faisait une distraction. Et c’est ainsi que, tout sourire, l’homme de pierre cavala dans les rues pour semer les gardes comme à son habitude.

Les gardes abandonnèrent la poursuite au bout des quelques minutes, Drek était inépuisable. Il ralentit pour finir par marcher.

« - Bande d’elfes du dimanche ! » leur hurla-t-il avec un signe vulgaire du majeur.

Riant de bon cœur, fière de sa connerie, il reprit sa marche pour sortir de la ville et rentrer à l’arène. Les ruelles étaient étroites et sinueuses et son magnifique sens de l’orientation le fit se perdre. Au détour d’une rue il sentit une présence mais ne voyait personne. Etrange. Drek fit les cent pas dans la rue pour réfléchir et retrouver son chemin et, n’y arrivant pas, décocha un coup de poing dans le mur de pierre le plus proche, en modérant sa force pour ne pas pulvériser le bâtiment. Un bruit sourd accompagné d’un gros soupir de douleur se fit entendre dans son dos. Tournant la tête pour connaitre l’origine de ce bruit, il vit un homme. Etaler par terre. Avec des cheveux violets. Et des vêtements reflétant un goût vestimentaire digne d’un elfe bourré. Semblant être un peu assommé, le caillou se souleva par le col d’une main et le gifla « doucement » pour le réveiller.

« - Ca va mec ? Tu t’es fait mal ? J’ai tapé un peu fort dans le mur et je savais pas que t’était là-haut. »

L’homme cligna des yeux puis les écarquilla en voyant la tête de pierre de Drek. Ce dernier lâcha et attentait qu’il reprenne ses esprits. Il pouvait tout aussi bien être un meurtrier ou un autre idiot de ce genre ce serait pareil. Son altruisme et sa curiosité le perdront un jour.

« - Hé. Quand tu seras revenue parmi nous tu pourras me dire ce que tu foutais sur le toit ? Et comment on sort de la ville ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Lorsqu'on s'amuse à ressembler à un vampire sans les inconvénients qui vont avec [LIBRE]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Drôle de défis en Merbaille :: Lieux :: L'Es-Tea :: Créer-un-tif-
Sauter vers: