Vous voici dans un monde fantastique humoristique aux allures de mmorpg, possédant un large choix de classes et de lieux dans le but de réaliser tout un tas de quêtes farfelues ou bien vivre sa vie dans l'ordre ou l'anarchie.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'art d’apprécier certaines choses à leur juste valeur. [PV : Heldan]

Aller en bas 
AuteurMessage
Astrid Almelow
Admin
avatar

Messages : 127
or : 174
Date d'inscription : 09/11/2012
race : Fée
Age : 23
couple : avec moi-même
Guilde : Azeroth
Localisation : ça dépend à vrai dire... quelque part ou elle peut glandouiller.

MessageSujet: L'art d’apprécier certaines choses à leur juste valeur. [PV : Heldan]   Sam 24 Nov - 0:08

AHHHHHHHHHHHHHH !!!!!!!!!!

N'ayez crainte mes chers amis, personne en ce lieu n'a vu un quelconque spectre alors que cette même personne se trouvait encore au lit. Nous sommes bien au petit matin il est vrai, mais tout le monde est bien éveillés dans la petite guilde d'Azeroth. L'hurlement suraiguë qui ne correspondait pas vraiment à son auteur interpella grands nombres de petits voleurs. La rouquine n'a jamais fait preuve dune immense discrétion pour telle ou telle chose. Un grand blond pénétra dans la pièce où se tenait accroupit la jeune chef aux cheveux rouge. Une vision bien pathétique que voilà qui s'exprimait relativement bien de part son expression faciale qui se voyait être plus exaspérée qu’inquiète. Il s'approcha près de la jeune fée et lui tapota à trois reprises l'épaule droite en lui disant de ne pas s’inquiéter, que cette histoire ne serait qu'une dure épreuve. Le jeune homme venait de tout comprendre simplement par la lettre que la demoiselle tenait en ses deux mains... et aussi par la tête d'horreur qu'elle pouvait dévoiler. Elle ne recevait pas des lettres tous les jours et les rares qui franchissaient le palier de son habitat venaient principalement d'une seule personne, le genre de personne que l'on ne peut oublier facilement, le genre de personne qui vous irrite tellement que vous ne dites rien pour éviter le gros drame... enfin je vous rassure, ce n'est pas dans l'habitude d'Astrid de retenir ses émotions et désirs combatifs.

Elle se mit à lire la lettre d'une voix méprisante... ou plutôt du genre à essayer d'imiter la voix de son auteur.

Astrid,
Tu me dois plus d'or que le junky le plus fauché de Merbaille
alors tu as intérêt de ramener tes fesses de rousse pour me payer,
je te laisse une semaine.
Heldan

Ps : J'ai besoin d'une dent de troll pour mes concoctions alors
j’espère que tu pourras me l'apporter.
(mais juste la dent pas le troll)

Bon je ne vais pas vous raconter sa réticence sur la chose puisque cela doit être aussi intéressant que le fait d'étudier les lamantins en Atlantique... donc elle se prépara et se vêtit d'une tenue simple, son ventre à l'air, sa coiffe ridicule et elle se mit un pantalon de toile blanchâtre qui dévoilait ses petits mollets, pieds nus c'est bien plus amusant.
Elle n'habitait pas loin des Pics hurleurs, autant y faire un tour, c'est l'endroit le plus proche où elle pourrait trouver un troll, parce que le type qui lui a demandé ces ingrédients, il doit avoir une dent contre cette créature, il lui en demande très souvent ou bien c'est simplement l’ingrédient le plus utilisé pour ses concoctions étranges... Bon elle dit étrange, mais même si elle lui fournit la plupart de ses ingrédients... elle est tout de même sa plus grande cliente. Question contenu de ses produits, heu... je vous laisse la surprise pour plus tard.

Quoiqu'il en soit, elle se rendit sur-le-champs dans les montagnes, un pauvre petit troll solitaire ne fut pas difficile à trouver, le coin en grouillait et l'espèce était loin d'être menacée. Je ne vous décrirait pas non plus l’extrême violence de la scène qui ruinerait à coup sur toutes vos illusions infondées sur les mignonnes petites fées inoffensives.
Deux jours... DEUX JOURS ruinés sur la route pour rendre visite à cette énergumène shooté qui ne sait rien faire de ses dix doigts. Zut, vous voyez pourquoi elle n'aime pas aller là-bas. Et puis elle n'est pas seule à ne pas aimer faire ce trajet, n'oubliez pas le chauffeur qui doit subir les « J'en ai marre », « C'est quand que l'on arrive ? », « Je veux pas le voir » et j'en passe.
De toute façon elle ne venait dans la capital du Nord uniquement pour lui, il devrait se sentir flatté le bougre. Quel horreur de devoir franchir les vieilles portes de sa boutique, elle tenait en sa main une vieille masse informe à peine descriptible dans ce lieu trop sombre.

« Hey espèce de répugnant sac-à-puce, ton alarme a sonné, bouge tes fesses et occupe-toi de ta boutique au lieu de t'exploser la tronche... »

Elle parle très mal et cela ne lui importe qu peu, surtout avec une personne comme lui. Aucune réaction de sa part... tant pis, il devait agoniser dans son coin.

« Hooooo j'y crois pas !! » Elle lâcha violemment la masse répugnante qui était en fait l'énorme tête de l'immense troll. Elle avait fait un effort, la dernière fois elle lui avait ramené la créature en entière, juste pour l'énerver puisque ça sent mauvais et c'est lourd, déjà qu'elle a attiré l'attention de tous les villageois en portant cette chose...

« Co-comment il a pu se procurer de la fleur de Dzibby pour en faire de la poudre ? … une simple pincée de cette poudre est capable de donner la meilleure bière de tout les temps, bon elle accroît les désirs les plus primaires, mais ce n'est qu'un détail sans importance... tellement géniiiaaaale.. »

Ses yeux exprimaient tout un sentiment de bonheur, ses ailes frémissaient de joie, elle oublia de préciser que cette plante a aussi l'effet de rendre un orc enragé aussi doux qu'une nymphe, mais ce n'était qu'un détail pas important. Hop, il lui fallut pas deux secondes pour mettre deux petits sachets... dans son soutiens-gorge, incognito. Elle évitera ainsi les fausses accusations de vol. C'est après tout son boulot...
Elle n'entendit même pas les bruits de pas qui avançaient derrière elle tandis qu’elle farfouillait comme à son habitude dans les nombreuses galerie de drogues et potions toutes plus étranges les unes que les autres.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://merbaille-rpg.forumactif.org
Heldan Sënmir

avatar

Messages : 43
or : 47
Date d'inscription : 18/11/2012
race : loup-garou
Age : 40
couple : //
Guilde : //
Localisation : Dans ma boutique pardis

Feuille de personnage
arme personnelle: des petits couteaux à la ceinture, rien de plus.
rôle ou metier: Dealer
âge du personnage: 34 ans

MessageSujet: Re: L'art d’apprécier certaines choses à leur juste valeur. [PV : Heldan]   Sam 24 Nov - 18:38

"FAIT CHIER!"

Une légère odeur de cramé se faisait sentir et de la fumée sombre sortait de l'arrière-boutique. Heldan sortit en toussant de la pièce, le visage couvert de cendre. Une nouvelle fois il avait fait exploser le mélange et avait failli faire brûler sa boutique, heureusement qu'il avait toujours une bassine d'eau à côté de lui au cas où… Bien que tout soit trempé dans la petite salle à présent. Enfin, un bout de tissu posé sur le sol et il allait voir plus tard pour nettoyer tout ça car il n'avait pas non plus que ça à faire. Il était râleur à plein temps et ça l'occupait assez à ce moment-même. Il n'était pas près de réussir et allait vraiment avoir besoin de ce qu'il avait demandé à cette fichue fée pour pouvoir équilibrer la formule. A force il va décimer la population de trolls… Mais ce n'est pas son problème. Oui, il est égoïste et assume parfaitement l'idée de faire disparaître un peuple juste pour pouvoir continuer de bosser. Remplissant une bassine d'eau glacée il plongea complètement le visage dedans, laissant un frisson léger traverser tout son corps au contact du froid, pour nettoyer sa peau et ses cheveux plus vraiment écarlates à cause de la suie. Il ne supportait pas d'être même un tout petit peu touché par la saleté alors être à ce point couvert de centre était tout bonnement pas possible. Bien évidemment c'est à ce moment-là qu'un client entra dans sa boutique et s'arrêta net, surpris de le voir à quatre pattes au milieu de la pièce, la tête plongée dans l'eau. Le loup-garou réagit immédiatement au bruit de pas sur le plancher grinçant et sortit le visage du liquide froid pour lancer un regard presque assassin à l'individu qui ne lui avait rien fait du tout.

"QUOI?! TU VEUX MA PHOTO?!"

Heureusement que c'était un habitué sinon il aurait vite pris peur vu la réaction immédiate du propriétaire de la petite boutique. Il se redressa et un grondement sourd, agressif, sortit du profond de sa gorge. L'homme recula tout de même de quelques pas car Heldan était plutôt du genre imprévisible et il avait déjà attaqué plusieurs clients pour une simple remarque désagréable à son sujet. Dans le genre susceptible il n'y a pas mieux. Laissant ses mèches rouges s'égoutter silencieusement sur son visage il donna un coup de pied dans la bassine pour la faire glisser derrière le comptoir de la caisse, jurant dans sa barbe en renversant de l'eau partout. Prenant appui contre le vieux bois peu entretenu il le regarda dans les yeux, les sombres cernes autour de ses pupilles jaunes renforçant son côté inamical et presque effrayant. Le client murmura d'une toute petite voix ce qu'il désirait et une nouvelle fois l'homme grogna avant de lui attraper ce qu'il voulait, grimpant sur un tabouret pour fouiller rapidement dans une étagère. Il lui lança sans la moindre douceur car de toute façon tout ce qui était cassé dans sa boutique était à payer par la personne présente, même si c'était la faute de Heldan. C'est beau être le propriétaire car il avait tout pouvoir dans sa boutique. Déposant l'or nécessaire pour le payer car il avait réussi à l'attraper agilement, le client sortit aussi rapidement qu'il put du petit commerce sans même prendre soin de fermer la porte. Prenant appui contre l'entrebâillement le lycan se mit à gueuler de toutes ses forces :

"ET C'EST PAS PARCE QUE J'AI UNE BONNE OUÏE QU'IL FAUT CHUCHOTER MERDE!"

Douceur… L'homme accéléra un peu plus jusqu'à se fondre dans la foule à l'autre bout de la rue. Pas sûr qu'il revienne… Enfin, ils sont tous accro donc ils reviennent toujours, c'était là tout l'intérêt de son commerce d'ailleurs et c'était la raison pour laquelle il avait réussi à rapidement se faire un nom. Il referma la porte en la claquant avec force, attendant un petit moment avant de retourner ranger les fioles qu'il avait déplacé pour servir son client. Une fois content de lui (enfin après avoir de nouveau tout remis en bazar pour une personne lambda) il attrapa un peu d'herbe dans un bocal et prépara de quoi le fumer, se moquant de la fumée qui s'accumulait dans la pièce alors qu'il préparait les ingrédients horriblement chers et horriblement rares pour un client bien particulier. Faisant les comptes en les posant sur le comptoir il alla ensuite s'affaler dans le matelas posé au sol dans l'arrière-boutique, attendant son client tranquillement ainsi qu'une certaine personne qui devait arriver aujourd'hui du trou-du-cul du monde des anarchistes. Fermant les yeux il laissait la drogue faire son effet sur son corps, l'endormant lentement et lui provoquant d'agréables sensations auditives. Il n'avait pas encore trouvé de nom pour celle-là mais n'allait pas tarder à la mettre en boutique car elle plairait à plus d'un. Après tout ce n'était pas tous les jours qu'un produit donnait l'impression d'entendre le chant des sirènes sans finir dévoré à la fin. Il finit presque par s'endormir tranquillement, de toute façon son oiseau-hurleur allait le prévenir de toute arrivée dans sa boutique. Il avait besoin de sommeil de toute façon, il ne savait pas trop depuis quand il n'avait pas fermé l'œil et commençait à tomber de fatigue. D'ailleurs les lourdes cernes autour de ses yeux prouvaient bien ses dires alors il se laissa lamentablement tomber dans son 'lit' pour un bon moment de sommeil à peu près paisible grâce à sa petite dose de drogue et le chant des sirènes résonnant encore dans ses oreilles.

Il ne sait pas combien de temps il resta affalé dans le matelas avant que le Piafuleur ne se mettre à pousser son cri aigu. Pourtant il ne bougea pas le moins du monde, reconnaissant la voix 'douce et innocente' d'Astrid. Il manqua de se mettre à grogner lorsqu'elle le désigna comme 'sac-à-puce' mais ne bougea pas le moins du monde, encore trop dans les vapes pour faire le moindre mouvement. De toute façon il ne voulait pas la voir et voulait juste son argent et la dent de troll. Soudain il se rappela qu'il n'avait presque plus de stock de "champignon dansant" et que pour cela il lui fallait du sang de fée. Finalement il avait bien fait de lui demander de venir, elle allait lui servir. Se levant difficilement il l'écouta parler toute seule et réprima un grognement sourd. Déjà qu'elle lui devait du fric, si en plus elle lui volait le plus cher de ses ingrédients il allait devoir lui couper les ailes en contrepartie. Attrapant un fémur de centaure dans une caisse où se trouvaient une multitude d'os bien nettoyés il se dirigea vers la salle principale discrètement. Heldan la regarda un instant farfouiller dans les étagères comme à chaque fois qu'elle venait puis jeta un regard à la tête de troll bien en évidence dans la pièce. L'odeur écœurante de la créature morte parvint jusqu'à ses narines et il fronça le nez, gêné, en la contournant pour s'approcher de la petite fée qui n'avait toujours rien remarqué. Tant mieux.

*BONG*

Il l'avait frappé de toutes ses forces à la tête car il fallait bien ça pour assommer cette petite brute. Il attendit un moment pour vérifier qu'elle ne bougeait plus (et qu'elle était encore vivante quand même) avant de balancer le fémur dans la caisse où il l'avait pris. Il se glissa entre les nombreuses étagères et revient dans la salle principale avec une chaise faite de métal et de nombreuses chaînes. Il fallait faire vite avant qu'elle ne rouvre les yeux. La portant facilement, car c'est une fée et ce n'est pas bien lourd ces machins-là, il l'installa sur la chaise et referma les fers autour de ses jambes et de ses poignets avant d'enrouler sans vergogne les chaînes autour d'elle car on n'est jamais trop prudent, laissant tout de même un de ses bras libres pour pouvoir prélever le sang nécessaire. Une fois certain qu'elle ne pouvait plus bouger il s'approcha de la tête de troll et commença à arracher une à une les dents avec une grosse pince, tirant de toutes ses forces sur celles se trouvant le plus au fond, détestant de devoir mettre ses mains dans la bouche d'une créature aussi répugnante. Il venait juste de terminer quand il entendit les petits bruits derrière lui signifiant qu'Astrid venait de se réveiller. Rangeant les dents dans un petit sachet qu'il posa sur le comptoir il s'approcha d'elle un couteau à la main, le regard mauvais :

"PRIMO, JE NE SUIS PAS UN SAC-A-PUCE ET SECONDO TU VAS ME RENDRE CE QUE TU AS PRIS!"

A force de gueuler comme ça il allait finir par avoir une extinction de voix. Enfin ce n'était pas le cas pour le moment et ça se voyait par ailleurs très bien.

"D'ailleurs j'avais aussi besoin de sang de fée alors je ne vais pas hésiter à me servir pour la peine!"


Il se mit à genou à côté de son bras libre, un petit bol à la main, et entailla légèrement sa peau pour faire couler le liquide écarlate dans le récipient. Un léger bruit sourd s'échappa de sa gorge alors qu'il se contrôlait pour éviter de sauter à la gorge de sa fournisseuse, l'odeur de sang provoquait toujours le même réflexe animal chez lui et réveillait ses instincts les plus primitifs de chasseur. Se relevant il la laissa attachée sur la chaise et disparut dans l'arrière-boutique pour transférer le sang dans une fiole spéciale l'empêchant ainsi de coaguler car il n'allait pas pouvoir se servir tous les jours sur elle. Il revint vers Astrid et prit appui sur le comptoir, louchant distraitement sur les ailes dans son dos qu'il aurait bien voulu avoir avant de lui montrer la fiole où était à présent le sang ;

"Ca c'est pour avoir osé prendre ces sachets et ne dis pas le contraire t'es aussi discrète qu'un troupeau de Sgulls quand tu parles! En plus t'es plate comme une planche à pain alors je sais très bien où tu les as caché! Rends moi ça et puis paye-moi aussi!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astrid Almelow
Admin
avatar

Messages : 127
or : 174
Date d'inscription : 09/11/2012
race : Fée
Age : 23
couple : avec moi-même
Guilde : Azeroth
Localisation : ça dépend à vrai dire... quelque part ou elle peut glandouiller.

MessageSujet: Re: L'art d’apprécier certaines choses à leur juste valeur. [PV : Heldan]   Dim 9 Déc - 15:14


En ce moment la donzelle se trouvait loin, très loin de la raison, un univers merveilleux plein de... Cupcakes, dragées et autre chocolat qui devait faire au moins sa taille, flottant un peu partout autour d'elle. Elle attrapa au vol de petits beignets dégoulinant de caramel et les enfournât aussitôt dans la bouche, quand soudain! Au loin une apparition prenait de l'ampleur, la chose était assez indéfinissable, au aurait dit un drôle de gâteau géant que lui préparait autrefois Mathilda, à l'apparence assez exécrable, qui se révélait pourtant absolument divin au goût. La jeune rouquine se mît à sauter ou plutôt planer, retombant aussi légèrement qu'une plume sur quelques fraises qui baignaient dans une onctueuse mousse. Cependant plus elle s'avançait plus elle sentait une odeur facilement reconnaissable qui lui détruisait en partie son bonheur, puis vint une apparition juste devant la sucrerie, un rouquin qui puait le chien, tiens c'était bien son genre de venir troubler ses beaux rêves...

Tout fini par s'écrouler bien évidement... Tout ce magnifique rêve vient d'être réduit en bouilli par un sale type, rien que pour cela elle va lui en vouloir pendant loooongtemps. Encore à moitié endormie, elle émit quelques bruits quelque peu... Étrange, plus semblable à des grognements que l'on fait lorsque, pendant que l'on dort, vous recevez une dose phénoménale de lumière qui vous irrite la rétine parce qu'un pimpin a décidé de vous réveiller. Enfin bref, elle se réveilla avec autant de grâce que pouvait le faire un troll... Mais avec en prime un mal de crâne sûrement du niveau de quand elle se fait une soirée de cuite en compagnie des nains. Elle n'était pas idiote non plus, bien qu'elle avait encore la tête dans les nuages, voyant le loup-garou avec à ses côtés la caisse remplie d'ossements... Elle ne mît pas longtemps à comprendre ce qu'il lui était arrivé. Par réflexe elle essaya d'emmener sa main à sa poitrine afin de vérifier si sa trouvaille était toujours présente, bien au chaud en lieu sur. Cependant, elle n'entendit que le sale bruit de chaînes rouillées qui s'entrechoquaient à chacun de ses mouvements. Attachée... Ficelée comme un vulgaire porc avec des chaînes de prisonniers. .. Il avait décidé de la dénoncer ou quoi ?... Ce saligaud je vous jure.... Aucun respect. Pour le moment, de toute manière, elle est bien trop dans le pâté pour oser faire le moindre mouvement. Et puis ce n'était même pas la peine d'essayer de comprendre ce que l'autre rouquin baragouinait, tout résonnait au centuple dans sa petite tête et elle tira une tête digne des meilleurs films d'horreurs... Il hurlait en plus, comme d'habitude il savait faire que ça, et puis maintenant il prélevait même son sang. HA BAH OUI TANT QUE L'ON Y EST!!! Faut croire que l'on est chez mémé et que tout est permis. Elle le dévisagea de son habituel regard las, ce n'est pas que la chose lui faisait mal, mais c'est le geste qui la répugnait. Comment osait-il la toucher ? Elle va être souillée... Beurk.

"... Ça va tu t'amuse bien... tu as eu ce que tu voulais ?...." Elle arbora à présent son regard du genre, "essaye de me retoucher et jt´arrache les yeux pour ensuite les gober sale cabot!", et elle ne le lâcha pas, on aurait dit une statue.

Haha en fait il l'avait vu prendre le sachet... Zut, en revanche prit et prit, reprendre c'est voler et elle déteste le vol.... Quand ce n'est pas elle qui le fait, et puis c'est un ingrédient bien trop rare pour l'acheter, elle voulait absolument goûter la bière de Dzibie et se laisser aller à ses... Heu, pulsions naturelles toute une nuit durant... Ahem. Bon elle n'avait pas l'intention de rester accrochée ainsi toute l'éternité. Repérage de l'environnement, chaînes rouillées et relativement mal accrochées, enfin accrocher la gamine à une chaise n'est pas fort malin de sa part, parce que même si les chaînes sont difficiles à enlever... La chaise quant à elle est facilement détruite et elle ne se fit pas prier pour le faire immédiatement. Profitant de la seconde d'inattention du sale chien pour détruire le siège de bois, bien sur elle s'y reprit à deux ou trois reprises, elle n'est pas Jack Bower non plus, mais l'espèce de mollusque n'avait eu le temps que de se retourner.

Elle l'attrapa vivement un pied de la chaise, désormais en mille morceaux afin de lui jeter dessus. Imaginez-vous une larve d'un mètre quatre-vingt qui se prend une chaise dans le crâne... Nous serions tentés de dire une bouillie de larve, mais cela restera uniquement dans son crâne. De plus qu'elle relâche sa colère, elle ne compte pas s'en arrêter là. Elle lui agrippa le col violemment et le tira et un coup dans le tête un! HEAD SHOT!! Ah Ben non en fait elle en enchaîna plusieurs à la suite, tout en lui hurlant dans les oreilles des propos qui n'oserait figurer dans un écrit. Elle le laissa ensuite tomber au sol telle la vieille chose qu'il a toujours été. Astrid s'installa sur lui. Très bon siège. Attention aux petits pervers, rien de louche dans cette scène! Elle l'attacha avec la chaîne dont elle a été faite prisonnière un peu plus tôt, histoire de rajouter au pathétique de SA situation, ficelé et possédant désormais une tête semblable à ceux des terribles créatures souterraines. Autant vous dire que ce n'est pas avec cela qu'il charmera la donzelle, la demoiselle enfonça son doigt sur sa joue comme s'il s'agissait d'une guimauve.

"Primo sale gosse, on ne me touche pas impunément, c'est MOI et MOI seule qui décide si l'on peut me toucher sinon c'est que l'on est prêt à en subir les conséquences. Secundo la seule personne qui doit de l'argent, c'est toi vieux troll répugnant, les missions pour récupérer tes ingrédients là, elles valent bien plus chères que tes p´tits produits. Nan mais ho!"

Je vous jure il faut le mater ce sale chien, depuis la première fois que ces deux-là se sont rencontrés ils n'ont cessé de ce prendre le chou pour des broutilles.

"Ah au fait si tu désire reprendre ta poudre tu devras venir la chercher toi même..."

Il n'en sera pas capable, ce petit bonhomme n'est pas genre à foutre sa main dans la poitrine d'une quelconque femme et puis Astrid a une poitrine fort convenable.... Ses conquêtes d'un soir ne s'en sont jamais plains. Elle se releva par la suite n'hésitant pas une seule seconde à écraser le chien pour se rendre près de l'armoire ou sont installés toutes ses nouveautés.

"Hmm voyons que pourrais-je goûter aujourd'hui, dis la larve ficelée, tu me conseillerai quoi ?"





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://merbaille-rpg.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'art d’apprécier certaines choses à leur juste valeur. [PV : Heldan]   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'art d’apprécier certaines choses à leur juste valeur. [PV : Heldan]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un Chat non-apprécier, chasse interdite. [PV Loulouuuu ♥]
» [Terminé] Le passé ressurgit, certaines histoires refont surface et un lien se rompt (Pv/ Carter)
» Le clonage est il apprécier?
» Ou l'art d'apprécier même les plus petites choses de la vie [en cours]
» Certaines choses sont intouchables | Alec & Effy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Drôle de défis en Merbaille :: Lieux :: Cupknord :: Les d'eau-lards :: Au champignon dansant-
Sauter vers: